Bonnes pratiques et méthodes sont légion lorsqu’il s’agit de stimuler sa créativité, et ce, dans tous les domaines. Pour un auteur en devenir, sa capacité à créer tient le rôle de moteur pour l’avancée de ses œuvres et, de fait, sa stimulation est ce que l’on recherche constamment.

Mais certaines techniques sont plus applicables que d’autres en matière d’écriture et valent la peine qu’on s’y intéresse de manière plus approfondie qu’une simple lecture d’article. À pratique de l’écriture, entraînement intensif.

User des contraires pour sortir des sentiers battus

Une première technique, rarement abordée, est la méthode des contraires. Lorsqu’une scène se révèle bloquante, lorsque un personnage apparaît superficiel ou difficile à cerner, ou encore que la description d’un lieu n’évoque que des clichés, un moyen de sortir de ces ornières est d’envisager l’opposé de ce qui nous vient en tête. Il faut alors s’interroger sur ce que donnerait cette scène si on la pense à de ce qu’elle est initialement. Et si les personnages avançaient le contraire de ce qu’ils disent ? Pour asseoir l’originalité d’un lieu, que penser d’un hôtel qui ne vend pas de nuitées, qui ne loue pas de chambres à coucher ? Que peut faire de ses journées un médecin sans patients ? User de cette méthode n’implique pas de l’appliquer de manière littérale mais bien d’ouvrir le champ des possibles, au-delà du connu, des clichés, pour atteindre l’inattendu qu’un lecteur recherche. Il s’agit in fine de stimuler sa créativité en se forçant à imaginer l’inverse de ce qui nous vient naturellement.

Les restaurants servent à manger, les couples s’aiment ou se disputent, les gares sont pleines de foules anonymes : à tout cela, auteur et lecteur s’y attendent. Éveillons l’intérêt du lecteur par des caractéristiques de lieux qui piquent la curiosité. La profondeur d’un personnage tient parfois à peu de choses, et les dialogues réussis ont la justesse des conversations de la vraie vie, celles auxquelles on ne s’attend pas, celles où, réellement, on ne saurait dire à l’avance ce que l’autre nous répondra.

Assembler pour mieux écrire l'inattendu

La seconde méthode peut être nommée “couplage” car elle implique de rapprocher un nom commun, pris au hasard, d’un de ses personnages par exemple. L’objectif est d’établir un parallèle entre les caractéristiques de l’objet, du lieu ou de l’animal en question et celles du personnage. Il n’est pas question de les comparer de manière directe ou littérale dans son texte mais, en amont, d’examiner chaque attribut du nom et de s’interroger s’il résonne chez notre personnage, s’il permet de l’approfondir. Si le rapprocher d’un objet inattendu permet de le rendre multi-dimensionnel. Un banc, endroit où s’asseoir populaire, gratuit, souvent sale, habitué au grand air ou, au contraire, soumis à l’enfermement, statique, d’un matériau qui résiste à un usage fréquent et répété, voire aux intempéries. La liste n’est pas exhaustive mais permet de donner une idée de l’exercice qui implique ensuite de rapprocher du personnage et déterminer ceux qui résonnent en nous, pour notre récit. Le personnage pourrait être un habitué des activités d’extérieur, sans le sou ou encore caractérisé par son immobilisme, son manque d’élan et de dynamisme dans la conduite de son existence. L’idée est de s’en inspirer pour apporter plus de profondeur à ses personnages.

Le fait d’écrire en soi permet de stimuler sa créativité mais ces pratiques permettent d’emmener plus loin encore nos idées et nos inspirations.

Mon expérience d'auteur en devenir

J’ai découvert ces deux pratiques dans un podcast de Brad Reed en début d’année. Ce fut une révélation. Stimuler ma créativité n’était pas un besoin prégnant mais l’usage de ces méthodes m’a apporté une ouverture d’esprit en écriture à laquelle je ne m’attendais pas. La “méthode des contraires” en particulier est un rempart supplémentaire contre les clichés et les attributs trop attendus pour un lieu ou une situation. Je m’en sers particulièrement pour les dialogues et la construction des personnages dans mon projet de roman en cours. Cela m’a pris un peu de temps pour intégrer ces pratiques à mon quotidien d’écriture et, sans m’en servir tous les jours, elles révèlent leur utilité à chaque fois.

Pour en savoir plus sur mes réflexions d'auteure en devenir, découvrez la newsletter Je suis auteur sur Substack !