Grammaire, orthographe, aisance rédactionnelle, lorsque nous ne l’avons pas fait par nous-mêmes, d’autres se sont assurés de nous fixer des objectifs en écriture, qu’ils soient nos enseignants en école primaire, collège ou lycée. 

Pour ceux qui ont l'habitude d'écrire, l'écriture est un exutoire, un médium pour transcrire nos révoltes, nos découvertes, nos histoires de vie. L’écriture attire pour ce qu’elle offre de prise de recul et de mise en lumière de notre richesse intérieure. 

Lorsque enfin nous décidons de nous lancer des questions se posent : quel format choisir, à quelle audience s’adresser, quelle histoire transmettre ? Souvent, la difficulté réside dans la sélection d’une seule réponse à chaque question.

Il n'y a pas de mauvais objectif en écriture, sauf s'il ne correspond pas à celui qui se le fixe. Au-delà d’être clair et défini dans le temps, il doit être le reflet de l'auteur en devenir. Il s’agit non seulement de se choisir un premier objectif d’écriture — nouvelle, pièce de théâtre ou article de blog — mais aussi d’assumer ce qu’il révèlera de nous. 

Heureusement, cela ne relève pas d’un pacte de sang ; il est parfaitement possible d’en changer s’il se révèle inadapté. Mais, au début, il est essentiel de se tenir à un seul objectif. L'application concrète de conseils en écriture exige un cadre défini.

Mon expérience : 

Pour ma part, par le passé, j’ai pu à la fois me fixer de bons et de moins bons objectifs. Amatrice de romans, je me suis lancée dès l’adolescence dans l’écriture de longues histoires que j’abordais de manière linéaire. J’écrivais, en continu, sans réflexion préalable quant à la structure de l’histoire, aux messages que je souhaitais faire passer. Je voulais écrire mais cela ne suffisait pas. J’ai enfin réalisé que ce n’était pas l'objectif adéquat car j’avais besoin de temps et surtout de formation. Entre-temps, j’ai fait deux autres tentatives de romans avant de me tourner vers l’écriture de nouvelles, un format plus court, plus direct mais exigeant par l’effort de synthèse qu’il requiert. Les thématiques données par les concours de nouvelles et appels à texte, multiples en France, étaient pour moi autant d’entraînements pour améliorer mon écriture. Après cette phase d'environ un an, et après avoir entamé une formation d’écriture sur trois ans, mon projet romanesque est devenu à nouveau mon objectif ; un objectif réaliste quant à la formation que je suis reçois et qui demande de grands efforts que je suis prête à fournir.